L’Île de la Réunion : ses données socio-économique

L’économie de l’île de la Réunion est guidée par le secteur tertiaire. Le développement du tourisme est une priorité. Le territoire dispose de belles perspectives de croissance dans ce domaine et de grands projets d’aménagement touristiques sont à l’étude.
L’agriculture et l’élevage se sont diversifiés et couvrent aujourd’hui 75 % des besoins de l’île en produits frais.

Une croissance soutenue

Entre 1970 et 2008, en développant une forte production locale et en réduisant le volume des importations, La Réunion a su maintenir un taux croissance aux alentours de 5 %.
Malgré le contexte mondial dégradé, la croissance demeure supérieure à celle du territoire national : 1,2 % en 2011 et 0,7 % en 2012 pour un PIB qui s’établit à plus de 16 milliards d’euros. La reprise de l’investissement et de la consommation ainsi que le recul de l’inflation contribuent dès 2012 à une amélioration du pouvoir d’achat des ménages (INSEE TER 2014).

La présence manifestée de groupes internationaux

Dans la plupart des secteurs, de grands groupes nationaux et internationaux se révèlent des acteurs engagés de l’économie de l’île : Casino, E. Leclerc, Auchan, Carrefour, Leroy Merlin, Décathlon… Orange, SFR, Numéricable, Canal Sat, Mediaserv, Zéop… Vinci, Bouygues, Eiffage… BNP, Société Générale, Crédit Agricole, Caisse d’Epargne, Sorefi, Groupama, Axa… Toyota, Ford, PSA, VAG, Mercedes, BMW… EDF, Total, Albioma (Séchilienne-Sidec), Véolia…

leclerc la réunion

La révolution de l’énergie verte

La Réunion n’a ni gaz ni pétrole. Mais elle a de l’eau, de l’air, du soleil et de la biomasse. Les énergies renouvelables (hydraulique, éolien, photovoltaïque…) représentent aujourd’hui 30 % de la production électrique. La Réunion dispose par exemple du second parc de chauffe-eau solaires en Europe après la Crête.

eolienne la reunion



Articles qui pourraient vous intéresser :

Vous avez besoin d'informations supplémentaires ?

Être rappelé demande d'information